Collection: Guy de Malherbe

Les rochers, qu’ils soient falaises ou fragments, éboulis ou coquillages ont pris une place de plus en plus importante dans l’œuvre de Guy de Malherbe (né en 1958) ces dix dernières années. D’abord dans les endormies, ces corps allongés sur le sable parmi des débris de pierre, puis dans les « chaos » et les brèches, sortes de cavernes, qui ont précédé la grande série des falaises, inspirée par les côtes de Normandie. Dans ces chaos de matière, la pierre et l’eau semblent s’animer dans les jeux d’ombres et de lumières, et l’œil croit reconnaître corps, formes et silhouettes. A travers la peinture - son mouvement, sa couleur, sa matière -, l’articulation entre le minéral et l’organique, l’interprétation onirique des formes apparaissent peu à peu comme un des principaux sujets de l’artiste. 

Depuis 2019, Guy de Malherbe a développé un important ensemble d’œuvres, rassemblées à la galerie La Forest Divonne sous le nom de « Reliefs ». Un mot qui évoque encore les rochers et les paysages des peintures précédentes, autant qu’il désigne les reliefs de repas qui composent cette exposition : des huîtres, des côtelettes d’agneau et des assiettes d’artichauts. Des œuvres qui puisent aux racines de la peinture, dans la riche histoire des natures mortes et des vanités et s’en émancipent souvent, tant par la palette très vive, que par le mouvement dansant des formes.